Charles Baudelaire
Biographie   -   Œuvres   -   Commentaires   -   Autres auteurs Sommaire - Plan - Boutique    
 

Enivrez-Vous !

Analyse du texte

 

Texte intégral

Le texte complet se trouve sur cette page : Cliquez ici.

 

Explication de texte

Enivrez-vous est un poème publié dans le Figaro. Il s’adresse directement à ses lecteurs par ce titre à l’impératif, une injonction étonnante puis un ton assertif. L’ivresse est une nécessité exclusive, c’est l’unique question. Le fardeau du temps rappelle que nous sommes voués à l’usure. Pour s’en défaire il faut tomber dans un nouvel esclavage car il faut toujours être ivre.

Il propose ensuite une solution (cf. Musset, « Qu’importe le flacon ») : liberté de choisir le moyen de s’enivrer. Le rythme est ternaire : « de vin, de poésie ou de vertu à votre guise ». Vin et vertu s’opposent. On ne s’étonnera pas trop de voir vanter la poésie après le vin (cf. Platon, Montaigne). Plus paradoxale serait l’ivresse de la vertu : l’héroïsme vertueux ? Cf. aussi « Les veuves ». La privation exalte le désir.

Dans l’énumération, on compte cinq noms et cinq verbes. L’horloge donne le conseil négativement en rappelant le travail du temps. L’horloge s’associe aux éléments naturels, confirmant la marche inexorable du temps. Les mots « vent, vague » donnent une impression de légèreté. Le caractère éphémère des effets de l’ivresse renforce la leçon « énivrez-vous » : il faut le faire souvent. Charles Baudelaire a l’air de s’exprimer en moraliste mais il exalte en fait le rêve. Il suggère trois formes d’ivresse mais il y en a bien d’autres : l’amour, les paradis artificiels et l’art (en face des ciels du peintre Boudin ou devant les tableaux de Delacroix il ressent une ivresse similaire à celle que lui procure l’opium.

Dans la première phrase on note la place inhabituelle de l’adverbe « toujours » plus la reprise de phrase suivante avec « tout ». Ce n’est pas une ivresse spécifiquement due à l’alcool. Baudelaire parle ensuite d’une unique question. Mais la réponse vient après : l’ivresse est seulement éphémère puisqu’elle est une question. On note trois sortes d’ivresse :

  • L’ivresse de la poésie : effets mystiques similaires aux excitants dont le vin fait partie. L’écriture est une fuite, cf. « Any where out of the world”

  • L’ivresse de la vertu : C'est une association surprenante. Elévation vers Dieu ? tentative de définition par rapport aux Petits Poèmes en Prose : est-ce un don aux pauvres ? (cf. Le gâteau, Le joujou du pauvre).

  • L’ivresse du vin : cf. Les Paradis artificiels. Le vin est une source d’espérance pour le peuple. Mais attention à ce monde supérieur car l’esprit risque de perdre le contrôle

Ces trois vertus qui mènent à un paradis, certes, mais éphémère. (cf. « déjà diminuée ou disparue »)

Dans l’accumulation de noms, tous les éléments sont naturels, sauf l’horloge qui rappelle que l’homme est toujours l’esclave du temps. Ce fardeau s’oppose au vent (légèreté), à la vague (la mer, l’infini), l’étoile (flamme inspiratrice) ou encore l’étoile en tant que relais ciel / terre.

L’accumulation suivante « a tout ce qui fuit… » indique elle aussi une ivresse éphémère d’où le côté paradoxal de ce poème qui invite à l’ivresse.

 
 
 

Sommaire   Plan du site   Boutique  

 
En partenariat avec : Charles Baudelaire   -   Agatha Christie   -   Marguerite Duras   -   L'Art Roman
  Les Pyrénées Catalanes   -   Encyclopédie Star Trek